Les foires de Champagne

La carte de localisation


Une année de foires en Champagne


L’organisation d’une foire en Champagne


Extrait d’une lettre de 1265 écrite par un marchand à l’un de ses associés resté à Sienne (En Italie).

« Ici, il y a des marchandises en abondance. Le poivre ne se vend pas bien. Le gingembre se vend de 22 à 28 deniers, selon la qualité. Le safran est très demandé ; il se vend 25 sous la livre, et il n’y en a plus sur le marché. La cire de Venise, 23 deniers la livre ; celle de Tunis, 21.5 deniers. […] La poudre d’or vaut selon la qualité. »


Un seigneur, Salon, a volé des changeurs qui se rendaient à la foire de Troyes, sur une route du domaine royal. Le comte de Champagne écrit au conseiller du roi.


« C’est une injure pour le roi et pour vous, c’est pour moi un dommage et un affront : le chemin du roi a été attaqué. Je vous prie d’ordonner à Salon, qui est sous votre main, de rendre et de faire rendre aux changeurs, sans aucun délai, ce qui leur a été enlevé. Quant à moi, je ne laisserai pas impunie une injure qui ne tend qu’à la ruine des foires. »

D’après une lettre du comte Thibaut de Champagne, XIIIe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.