Jacques Cartier à la découverte du nouveau monde

Activité reprise d’un travail initial de Fabien Joubert

Doc. 1- Jacques Cartier

Jacques Cartier (« Iacques Quartier ») est un navigateur, explorateur français et écrivain par ses récits de voyage. Né en 1492 à Saint-Malo, il y meurt le 1er septembre 1557.

Auteur de cartes ayant permis l’apparition du golfe du Saint-Laurent sur les représentations du globe, Cartier, par ses relations, est le premier Européen à décrire et nommer ces eaux, leurs rives et leurs habitants, et le territoire visité sous le nom iroquois Canada (groupe de cabanes).

Par Library and Archives Canada, Domaine public, Lien

Doc. 2- Jacques Cartier et François 1er

« Le traité de Tordesillas (1494) qui attribuait l’Amérique du Nord à l’Espagne ne pouvait raisonnablement priver pour l’éternité les autres nations européennes du « gâteau » américain. L’Angleterre et la France, qui n’avaient jamais accepté cet état de fait, se lancèrent donc dans l’aventure, et prirent le contrôle en quelques décennies de la partie [nord] du nouveau continent. C’est le Français Jacques Cartier, mandaté par François1er, qui monta en 1534 la première véritable expédition en Amérique du Nord. Sa mission : se rendre « de ce royaume en Terres Neuves pour découvrir certaines îles et pays où l’on dit qu’il doit trouver grande quantité d’or et autres riches choses ». En, 1535, une seconde expédition remonta le Saint Laurent jusqu’au village indien de Stadacona (actuel Québec) puis jusqu’à celui de Hochelaga (actuel Montréal). »

Marcel Dorigny, « L’Europe du Nord cherche son Amérique » dans L’histoire de l’Occident. Hors-Série Le Monde-La Vie, 2016, p. 66.

Doc. 3- Les expéditions de Jacques Cartier

Doc. 4- Jacques Cartier et la rencontre des peuples d’Amérique du Nord

« Parce que le jour était bien avancé et que nous n’avions ni bu ni mangé de cette journée, nous décidâmes de retourner à nos barques, et nous vînmes là où nous trouvâmes un grand nombre de gens s’élevant à 400 personnes ou environ, lesquelles semblaient nous faire très grande chère [accueil] et se réjouir de notre arrivée.

En conséquence notre capitaine donna à chacun d’eux certaines petites besognes [articles], comme peignes, épingles d’étain et de laiton et autres menues pacotilles et à chacun des chefs sa hachette et son hameçon ; sur quoi ils poussèrent des cris et firent des cérémonies de joie. «

D’après H.P. Biggar, Publications of the Public Archives of Canada, Ottawa, 1924.

Doc. 5- Jacques Cartier et l’évangélisation des indiens

« Au milieu de ces campagnes est située ladite ville d’Hochelaga, tout près d’une montagne qui est, tout autour, labourée et fort fertile, de sur laquelle on voit fort loin. Ce peuple [les Indiens] n’a aucune croyance en Dieu qui vaille ; car ils croient en un dieu qu’ils appellent Cudouagny ; et ils disent qu’il leur parle souvent, et leur dit le temps qu’il doit faire. Ils disent aussi que, quand il se courrouce1, il leur jette de la terre aux yeux. Nous leur avons montré leur erreur… ce qu’ils ont cru facilement tellement qu’ils ont prié le capitaine de les faire baptiser.

D’après le récit fait par Jacques Cartier lors de son deuxième voyage, 1535-1536.

1- Il devient furieux.


QUESTIONS:

1. Qui est Jacques Cartier ?
2. Quelle région du monde explore-t-il ? Pour le compte de qui ? Pourquoi ?
3. Quelles relations établit-il avec les indiens d’Amérique ? Quelle politique religieuse mène-t-il ?


Pour aller plus loin

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.