L’étalement urbain à Los Angeles

Doc. 1- L’étalement urbain à Los Angeles


Doc. 2- Une ville américaine ouverte sur le monde


Doc. 3- L’étalement urbain aux États-Unis

« Un peu plus de la moitié de la population des États-Unis vit aujourd’hui en banlieue. […] Loin de se réduire à la fonction résidentielle, les banlieues ont beaucoup évolué au cours du XXe siècle et sont aujourd’hui diversifiées, aussi bien en terme d’activités que socialement. Les banlieues sont ainsi de plus en plus autonomes des villes centres, qui n’ont plus le monopole des commerces et des sites de loisirs, ni des emplois, qu’ils soient tertiaires ou secondaires. Le paysage suburbain est alors une somme de quartiers résidentiels, parfois enclos (gated communities), de centres commerciaux, et de quartiers de bureaux concentrés dans des villes-lisières (edge cities), le tout structuré par le réseau routier. La banlieue est au cœur du rêve américain des années 1960, fondé sur le pavillon individuel, la voiture et la consommation, notamment d’appareils électroménagers. […] Les banlieues américaines se sont étalées de plus en plus loin de leur ville centre. L’étalement urbain [urban sprawl …] est souvent décrié car il incarne une dilution de l’urbain et une surconsommation de ressources foncières.

Christian Montès et Pasacle Nédélec, Atlas des Etats-Unis, Autrement, 2021.


QUESTIONS

  1. Décrivez l’extension de l’urbanisation de Los Angeles au cours du XXe siècle (Doc. 1 ).
  2. Quels aménagements urbains ont facilité cet étalement? Justifiez votre réponse en comparant les documents 1 et 2.
  3. Quelles fonctions et quels aménagements trouve-t-on en périphérie de Los Angeles? (Doc. 2 et 3)
  4. A quoi est lié historiquement cet étalement des villes américaines (doc. 3)?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.