Voltaire, un philosophe des Lumières


Doc. 1- L’Affaire Calas

L’arrestation de Calas par Casimir Destrem Musée du Vieux Toulouse. Wikimedia Commons

En 1761, Marc Antoine Calas est retrouvé pendu. On accuse son père Jean Calas, qui est protestant, de l’avoir tué. En 1762, ce dernier est jugé et condamné à mort alors qu’il n’y a pas de preuve contre lui. Il meurt torturé sur la roue. Voltaire est persuadé que Jean Calas a été condamné parce qu’il était protestant. Aidé par un réseau d’informateurs, il engage un incroyable travail de documentation et inonde toutes les cours d’Europe de ses lettres sur l’affaire. En 1765, il parvient à faire réhabiliter Jean Calas par une assemblée de 80 juges et le Conseil du Roi.


Doc. 2- Voltaire contre l’intolérance.

Ce n’est donc plus aux hommes que je m’adresse ; c’est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes, et de tous les temps […] Tu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux, et si égales devant toi ; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution ; que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer supportent ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil ; que ceux qui couvrent leur robe d’une toile blanche pour dire qu’il faut t’aimer ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire ; qu’il soit égal de t’adorer dans un jargon formé d’une ancienne langue, ou dans un jargon plus nouveau […].

Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes[…] ! Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, […].

Voltaire, Traité sur la tolérance, à l’occasion de la mort de Jean Calas, chapitre XXIII, 1763


Doc. 3- Voltaire et la liberté religieuse

[…] Entrez dans la bourse de Londres, cette place plus respectable que bien des cours, vous y voyez rassemblés les députés de toutes les nations pour l’utilité des hommes. Là le juif, le mahométan, et le chrétien, traitent l’un avec l’autre comme s’ils étaient de la même religion, et ne donnent le nom d’infidèles qu’à ceux qui font banqueroute ; là le presbytérien se fie à l’anabaptiste, et l’anglican reçoit la promesse du quaker. Au sortir de ces pacifiques et libres assemblées, les uns vont à la synagogue, les autres vont boire : celui-ci va se faire baptiser dans une grande cuve au nom du Père, par le Fils, au Saint-Esprit ; celui-là fait couper le prépuce de son fils, et fait marmotter sur l’enfant des paroles hébraïques qu’il n’entend point ; ces autres vont dans leur église attendre l’inspiration de Dieu leur chapeau sur la tête : et tous sont contents.

S’il n’y avait en Angleterre qu’une religion, son despotisme serait à craindre; s’il n’y en avait que deux, elles se couperaient la gorge ; mais il y en a trente, et elles vivent en paix et heureuses.

Voltaire, Lettres philosophiques, Lettre VI Sur les presbytériens, Garnier, 1879, tome 22 (p. 98-100)


Doc. 4- Philosophie contre fanatisme

« […] Je sais avec quelle fureur le fanatisme s’élève contre la philosophie. Elle a deux filles qu’il voudrait faire périr comme Calas, ce sont la vérité et la tolérance, tandis que la philosophie ne veut que désarmer les enfants du fanatisme, le mensonge et la persécution.

Des gens qui ne raisonnent pas ont voulu décréditer ceux qui raisonnent […] ».

Voltaire, Lettre à Etienne-Noël Damilaville. 1er mars 1765


QUESTIONS:

  1. De quoi est accusé Jean Calas (Doc. 1)?
  2. Pourquoi Voltaire prend-il sa défense (Doc. 1)?
  3. Comment s’y prend Voltaire pour défendre Calas (Doc. 1)?
  4. A qui s’adresse Voltaire (Doc. 2)?
  5. Citez un passage qui évoque la tolérance religieuse (Doc. 2).
  6. Expliquez le deuxième paragraphe du Doc. 3.
  7. Selon Voltaire, sur quoi doit s’appuyer la philosophie et sur quoi repose le fanatisme (Doc. 4)?