1- Les débuts difficiles de la République

Une émission proposée par Karambolage en français – ARTE

Même très brève (mars-mai 1871), l’expérience de la Commune a marqué la France par l’audace des réformes proposées : des libertés très larges, des élections très poussées, une très grande autonomie des localités, des réformes sociales très ambitieuses. Mais l’épisode a également marqué le pays car c’était une guerre civile destructrice (à Paris) et meurtrière, avec une répression impitoyable des Communards par les Versaillais.

2- Le régime républicain s’installe

Après 1875, les royalistes sont divisés et les républicains remportent les élections. La Constitution est votée et la IIIe République définitivement fondée. Le 14 juillet devient la fête nationale, la Marseillaise est proclamée hymne national, et les statues de Marianne ornent les mairies et les places publiques.

France Chambre des deputes 1871.png
Par I, @lankazame, CC BY-SA 3.0, Lien

Les républicains installent une démocratie en France. Les principales libertés sont rétablies (liberté d’expression, de réunion) et même élargies (liberté syndicale : 1884).

Grâce aux lois de Jules Ferry (1881-1882), l’enseignement primaire devient obligatoire. Il est rendu gratuit et laïque dans les écoles publiques (pas d’enseignement religieux). L’école permet le renforcement du sentiment républicain de la population.

3- L’enracinement de la République

France Chambre des deputes 1902.png
Par @lanakazame — conseil constitutionnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Les républicains progressent à chaque élection. La République s’enracine dans l’esprit des Français.

Une émission proposée par Karambolage en français – ARTE

A la fin du XIXe siècle, l’affaire Dreyfus divise la France entre dreyfusards (républicains) et antidreyfusards (royalistes, nationalistes). A la suite de l’affaire, les républicains radicaux remportent les élections et renforcent la République en prenant des mesures politiques et sociales énergiques.

Le Rire - Séparation de l'Eglise et de l'Etat.jpg
Par Charles Léandre — Bibliothèque nationale de France, Domaine public, Lien

Caricature parue dans Le Rire, 20 mai 1905. L’homme au milieu est Jean-Baptiste Bienvenu-Martin, ministre de l’Instruction publique du cabinet Rouvier.

La loi de 1905 dispose que désormais les membres du clergé ne sont plus payés par l’État, qui ne s’occupe plus de nommer les évêques. Les républicains radicaux et anticléricaux ont fait voter cette loi, car ils considéraient que la liberté de croyance devait être respectée, mais que l’État devait être neutre vis-à-vis des religions.